Note de Lecture: Gestion des ressources humaines et communication en Afrique (par Hongbing Yang et Lyna Laure Amana)

Jean Bernard Bruneteaux, Edition IAM, 2019

Jean Bernard Bruneteaux est expert en ressources humaines (RH). Il a exercé la fonction RH pendant 30 ans dont 22 ans en tant que directeur. Un des fondateurs et membre de l’Institut Afrique Monde (IAM), il défend la culture africaine et promeut une Afrique gérée par elle-même pour elle-même. En dispensant l’enseignement et en rédigeant un ouvrage en gestion des ressources humaines et communication, il souhaite apporter sa contribution et son expertise au management des RH en Afrique. Son ouvrage, en français et en anglais, est le premier livre édité par Edition IAM.

Fruit des expériences et des pratiques opérationnelles, le livre de Jean Bernard Bruneteaux nous offre un aperçu général et complet de la fonction ressources humaines et communication ainsi que leur gestion. Il énonce les principes et présente les méthodes et outils de travail, éclaircis par théories et études de cas.

Le livre de Jean Bernard Bruneteaux est un ouvrage de principes et processus sur la fonction ressources humaines et communication.

Dans les entreprises modernes, la fonction RH joue un rôle important et de plus en plus stratégique. Elle doit avoir une place prépondérante dans l’entreprise, car elle touche directement à la finalité de cette dernière.

Aux yeux de l’auteur, la finalité de l’entreprise doit être l’Homme. La performance en est le moyen.  Cette dernière dépend in fine non pas des ressources matérielles, mais des ressources humaines. « Ce qui fait la différence entre un désert et un jardin, ce n’est pas l’eau mais l’homme », dit un proverbe arabe, cité par Jean Bernard Bruneteaux.

Parallèlement, la recherche de la performance économique de l’entreprise ne doit pas se réaliser sans prendre en compte les paramètres des responsabilités sociale et environnementale de l’entreprise.

Pour que l’entreprise puisse faire face à la rapidité et à la complexité de l’évolution économique, sociale, technologique, politique, connue au niveau national mais aussi international, la fonction RH doit être rattachée à la direction générale pour pouvoir participer en amont à l’élaboration de la stratégie de l’entreprise.

La tâche essentielle de la fonction RH consiste à placer la bonne personne à la bonne place au bon moment et à l’accompagner tout au long de son parcours dans l’entreprise. Cela exige à cette fonction d’avoir une bonne connaissance de l’homme et de l’entreprise, de trouver la bonne combinaison entre eux par le biais de la maîtrise d’une bonne communication interne.

La fonction RH est une discipline requérant également des connaissances en droit, en sociologie, en psychologie, en management, et en cultures.

La culture marque la particularité d’un individu, d’une entreprise, d’un pays. C’est un élément qui doit être de plus en plus pris en considération lors de la prise de décision par la fonction RH.

La fonction RH exige du professionnalisme.

Le livre de Jean Bernard Bruneteaux est aussi un livre d’outils et de méthodes en gestion ressources humaines et communication.

Le professionnalisme suppose de suivre, dans chaque domaine, à chaque niveau, à chaque action, les processus bien déterminés, les protocoles bien fixés et les outils et méthodes de travail rigoureux, expérimentés et universellement reconnus, afin d’atteindre le but d’une manière objective, raisonnable et efficace.

Dans l’ouvrage de Jean Bernard Bruneteaux, les processus, protocoles, outils et méthodes en gestion des ressources humaines et communication sont abordés autour des trois domaines de la fonction RH : Organisation, Homme et Management.

Organisation

S’agissant de l’organisation, l’auteur utilise l’image du corps humain qui est composé de cellules vivantes, reliées entre elles et interdépendantes, ce sont les emplois et les postes de travail.  Chaque cellule a son rôle et ses responsabilités. Elles doivent s’adapter aux circonstances. Certaines peuvent disparaître pour que d’autres se créent. 

Il existe différents modèles en organisation horizontale, verticale, pyramidale, matricielle…  Le choix doit se faire en fonction de l’activité et de la culture de l’entreprise.

 

Homme

C’est lui qui anime les cellules. Il en est responsable et les développe par sa propre énergie. D’où l’importance du recrutement, de la formation, de l’évaluation des performances, de la rémunération et de la bonne communication avec les autres cellules.

Nombreux outils et méthodes de gestion existent et servent à rendre objective et efficace l’appréciation de l’homme par rapport à la responsabilité qu’il doit assumer.

Le changement rapide, l’incertitude de la conjoncture économique et la complexité auxquels fait face l’entreprise d’aujourd’hui demandent à l’Homme non seulement de « savoir-faire », de « savoir-être », mais aussi de « savoir-s’adapter ». Il doit être réactif afin de répondre aux exigences de l’entreprise. L’auteur distingue l’acquisition de connaissances, l’expérience et la compétence (on peut avoir beaucoup d’expérience mais ne plus être compétent si on ne sait pas s’adapter à de nouvelles circonstances). C’est la question de « l’employabilité ».

Management

Dans l’organisation des cellules, le rôle du manager consiste à motiver ses équipes, à encadrer leurs énergies et à les conduire vers un but commun. Il doit leur fournir les meilleures conditions de travail tout en sachant gérer les conflits possibles et négocier avec les syndicats.

La motivation consiste à inciter ses hommes à agir par eux-mêmes en explorant leur propre énergie intérieure. La fonction RH doit aider l’homme à gérer le changement conjoncturel et non à le subir.  Cela exige au manager d’avoir une connaissance profonde de ses équipes : leur propre compétence, culture, besoins.

Le développement de la technologie moderne change considérablement les relations entre la hiérarchie et ses collaborateurs, entre collègues eux-mêmes. Dans ce nouveau contexte relationnel, l’autorité de compétence prime sur l’autorité hiérarchique avec plus de responsabilité individuelle. Le mode de management le plus approprié est le management participatif. Il permet de développer l’esprit d’initiative, favorise l’innovation, la créativité et le développement personnel et collectif. C’est un mode de management impliquant le plus d’humanisme et d’efficacité.

Parmi les différentes techniques de management telles que le travail en équipe, les réunions, le coaching, la prise de décision, l’auteur insiste sur les notions de délégation, de subsidiarité et de confiance avec chacune leur définition, qui permettent de réaliser un management participatif.

Le livre de Jean Bernard Bruneteaux est un livre pour l’Afrique, mais pas seulement…

Si les principes et les méthodes en gestion ont des caractères universels, leurs applications ne peuvent l’être. Elles doivent prendre en considération les particularités de chaque entreprise, de chaque pays, de chaque continent.

En gestion des ressources humaines, deux particularités essentielles se différencient d’un pays à l’autre : règlementations juridiques en droit du travail et cultures. La différence pourrait créer le conflit mais aussi la complémentarité.

De ses expériences vécues en Afrique et de ses connaissances sur ce continent, Jean Bernard Bruneteaux constate que les approches culturelle, éthique et morale africaines présentent des caractères tout spécifiques. Le rôle des ancêtres, l’autorité du chef, la notion de confiance (qui peut quelques fois prendre des formes de soumission), la notion de famille, l’aspect communautaire (qui peut aussi être un frein à l’initiative individuelle), le rapport au temps, la perception sur le travail, l’attitude vis-à-vis de l’argent, etc… sont relativement différents des autres continents. Ces différences peuvent avoir un impact sur le comportement des employés Africains dans l’entreprise. Par conséquent, ces approches particulières et spécifiques, insiste Jean Bernard Bruneteaux, doivent absolument être prises en compte pour chaque aspect de la gestion RH. De ce fait, la gestion RH ne peut présenter la même manière partout dans le monde.

Mais cette diversité africaine signifie-t-elle que l’Afrique possède un modèle de gestion propre à elle ? Peut-elle fonctionner en dehors des règles universelles ? Le critère de recrutement par relation ou dépendance personnelle, familiale ou ethnique peut-il outrepasser les critères de connaissance, d’expérience et de compétence requis pour une fonction ? L’autorité du chef peut-elle être au détriment de l’autonomie, de la prise d’initiative et du développement de la responsabilité personnelle ?

A ces interrogations, Jean Bernard Bruneteaux nous invite à la réflexion.  Pour lui, si l’Afrique se veut professionnelle dans la gestion ressources humaines, elle doit s’approprier les modèles et méthodes existant, universellement reconnus et pratiqués, et considère ses spécificités et diversités non comme une exception à ces règles mais une complémentarité à l’universalité.

 

En traitant en détail chaque aspect de la fonction ressources humaines et communication, en démontrant les différentes manières de leur gestion, le livre de Jean Bernard Bruneteaux est un outil à utiliser pour professionnaliser et perfectionner la fonction RH et communication. Les principes, méthodes et tendances présentés dans cet ouvrage sont valables certes aux Africains, mais aussi aux Européens, aux Asiatiques, aux Américains… et à tous ceux qui veulent connaitre, exercer et gérer cette fonction.

Hongbing Yang et Lyna Laure Amana

 

Cette note de lecture concerne le livre dont l’auteur est Jean Bernard Bruneteaux. Le titre du livre en français « Gestion des ressources humaines et communication en Afrique » (357 pages) et en anglais « Human Ressource Management and Communication in Africa) (357 pages). Parution 2019 aux Editions IAM, au prix de 25€ pour chaque édition. Disponibles chez Amazon, FNAC.com, Les éditions du NET ou en s’adressant directement à l’Institut Afrique Monde (IAM, 42 rue de Grenelle 75007 Paris)

Share with:


1 Comment

  1. Tisha Lagan26 mai 2020

    Nearly all of what you mention happens to be supprisingly appropriate and that makes me ponder why I hadn’t looked at this in this light before. This particular article truly did turn the light on for me as far as this particular issue goes. However there is actually just one factor I am not really too cozy with so while I make an effort to reconcile that with the actual main idea of the point, let me observe exactly what all the rest of the visitors have to point out.Nicely done.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Scroll to top